Carrefour Européen du Patchwork - SAINTE-MARIE-AUX-MINES + 33 (0)3 89 73 53 52 15 au 18 Septembre 2022

MARYSE ALLARD


MARYSE ALLARD

PORTRAIT


Après une expérience professionnelle dans l'exportation, Maryse Allard a découvert le patchwork il y a environ trente ans et le plaisir de donner des cours durant plusieurs années. Au gré de ses recherches, le pojagi, art traditionnel coréen, est entré dans sa vie. La transparence et l'élégance du graphisme l'ont fascinée. Elle a reçu un accueil chaleureux lors d'une exposition à La Rochelle suivie de nombreux cours à travers toute la France. Cette belle aventure et sa rencontre avec Chunghie Lee lui ont permis d'exposer à Seoul durant le Korean Bojagi Forum en 2014, 2016 et en solo en 2018 où une œuvre a été acquise par le Chojun Textile Quilt Art Museum. Elle a exposé dans de nombreux festivals en France, Espagne, Italie, Turquie, Russie et Corée. Avec ses amies coréennes, elle a participé à un défilé de mode au Japon et durant le confinement à une exposition d'artistes internationales dans une galerie de Séoul. Elle trouve son inspiration dans l'Art Déco (Mondrian, Delaunay, Albers). Son dernier livre en 2016 présente plusieurs modèles de pojagis. Cette première participation au Carrefour Européen du Patchwork est un réel honneur pour Maryse Allard.

www.maryseallard.fr


Exposition


Pojagi, art ancestral coréen vu par une Européenne

La transparence est le maître mot dans le pojagi ! Le graphisme est le second. L'artiste cherche donc toujours à utiliser des tissus naturels fins tels que l'organdi de coton qu'elle teint elle-même, l'organza, la soie et le lin fin. Il lui arrive bien évidemment d'utiliser des tissus achetés en Corée et adaptés à cet art comme la ramie, le chanvre, la soie...

Lorsqu'elle crée, elle réalise toujours une maquette et se laisse inspirer par l'Art Déco, des artistes tels que Sonia Delaunay, Josef Albers ... Elle a une vision de l'oeuvre terminée et cela lui permet ensuite de travailler dans la sérénité. C'est une sorte de méditation dans le travail. Elle n'arrête que lorsque l'oeuvre correspond à son projet. Elle n'a jamais aimé copier les oeuvres traditionnelles même si elle reste très admirative du travail magnifique de ces femmes coréennes. Les oeuvres qu'elle présente sont le fruit d'un long cheminement personnel et d'une recherche constante dans la technique, de la ligne droite jusqu'au cercle en passant par la courbe. Certaines sont traditionnelles dans leur forme carrée avec les liens, d'autres pas. Elle veut rester fidèle à la technique ancestrale tout en utilisant son savoir-faire traditionnel français, tel un pont entre la Corée et la France. Une part de son coeur est en Corée avec ses amies artistes.

Lieu de l'exposition


LIEPVRE
ESPACE EXPOSITION

7 Route de Rombach-le-Franc, 68660 Liepvre